"MU" Muriel Rosset

Née en 1958 à Rouen, Muriel Rosset a suivi des études d’architecture intérieure à l’ESAM à Paris. Après avoir élevé ses 4 enfants, elle a retrouvé sa passion première : le volume, en se lançant dans la sculpture.

« Le volume m'a toujours inspirée. J'ai commencé par faire des nus en terre cuite puis des sculptures plus volumineuses en plâtre, dans le but de faire des bronzes. Le modelage ne me donnant plus satisfaction, j'ai commencé la taille directe chez la sculptrice Antonio Nicolas, puis chez Boutros Romhein au studio Arco Arte à Carrare. Tout d'abord sur calcaire, puis sur marbre, sur bois et occasionnellement sur granit.

En conciliant les lignes et les volumes, j'en viens à vouloir faire bouger mes sculptures, ou du moins à donner l'impression de mouvement.

Les thèmes de la danse et du vent m'inspirent énormément dans l'expression des sentiments au sein du couple. Je travaille soit sur un thème précis que je me donne, comme les quatre saisons de l'amour, la boite de Pandore ou les cinq sens au sein du couple, ou plus largement en conciliant les mouvements de la danse avec les vents du monde entier.

Je m'exprime aussi en abstrait en créant à partir de la forme première du bloc.

Depuis quelques années, je participe à des symposiums de sculptures monumentales, tant sur bois que sur pierre de toutes sortes. C'est l'occasion de rencontrer des sculpteurs du monde entier et de travailler au plus proche du public ce qui me permet de partager ma passion. »

2018 fut marqué par un travail de 12 sculptures sur la musique (1 par mois) accompagné d'un travail de textes et de leur illustration graphique (composition de 52 Haïkus, 1 par semaine).

2019/2020, dans une continuité musicale, je fais un travail abstrait sur le rythme, le mouvement, les ondulations en bas-relief sur bois.

portrait.jpg